top of page
Rechercher

Lutte contre la précarité - 3 questions à Sophie Keymolen

Le Brabant wallon n’est pas épargné par la précarité. Différents leviers peuvent être activés, et pour coordonner les différentes initiatives d’associations, le Brabant wallon a contribué au lancement d’un relais social intercommunal. En tant que députée provinciale en charge des Affaires sociales, j’ai répondu à trois questions sur le sujet dans la newsletter Point BW. Les voici.

Le Brabant wallon a l’image d’une province riche et prospère épargnée par la précarité. Qu’en est-il ?

C’est pourtant une vision erronée du Brabant wallon. Bien sûr, notre territoire est prospère, il possède un PIB élevé et ses habitants sont plus diplômés qu’ailleurs (55,7% des Brabançons ont un diplôme d’études supérieures.).

Régulièrement des communes du Brabant wallon sont épinglées dans la presse comme étant les plus riches du pays. Toutefois, ces données peuvent révéler d’autres difficultés, notamment l’accès au logement qui est bien plus compliqué en Brabant wallon. Les écarts de revenus y sont également plus importants. Finalement, notre Province souffre de cette image et la précarité y est trop vécue comme une tare supplémentaire alors.


Quels sont les leviers qui peuvent être activés pour lutter contre la précarité sur le territoire ?

Il y a en Brabant wallon un important tissu associatif sur le terrain, disponible et à l’écoute de leurs bénéficiaires pour leur offrir une aide ponctuelle ou récurrente, au plus proche de leurs besoins.

Je rencontre régulièrement ces associations pour comprendre leurs actions, les publics visés et leurs nécessités. Le Brabant wallon aide un grand nombre de ces associations, dans la mesure du possible, soit à se faire connaître, soit en les subsidiant, soit en favorisant leur mise en réseau et les orientant vers les bons interlocuteurs.

Les CPAS restent également les partenaires privilégiés de nos politiques sociales. Le travail administratif et social y est conséquent, au regard de la loi et des dispositions légales que fournit notre société et dans la logique de solidarité de communauté.


Quel rôle a joué le Brabant wallon dans la mise en place du relais social intercommunal et quelle est sa mission ?

Le Brabant wallon a évidemment soutenu la création du relais social intercommunal et des acteurs de terrain qui se sont entendus pour sa mise sur pied.

C’est un acteur qui a une mission essentielle pour connecter les secteurs, établir des projets communs et prioriser ses actions. Le relais rassemble des opérateurs en lien avec le logement, l’aide alimentaire, l’hébergement, la santé, la santé mentale comme des partenaires développant des accompagnements pour des publics spécifiques.

Je me réjouis du lancement du relais social intercommunal et j’encourage toutes les associations à signer la charte afin de s’inscrire dans cette dynamique vertueuse. C’est une avancée pour coordonner l’action de terrain auprès des publics précarisés ou en grande difficulté du territoire.

Le relais social intercommunal du Brabant wallon est un élément clé dans la lutte contre la pauvreté sur le territoire.



28 vues0 commentaire
bottom of page