top of page
Rechercher

Conférence « Quelle place pour la Petite Enfance en Brabant wallon ?"

Suite à la conférence organisée par le MR de Nivelles en présence de Valérie De Bue, Ministre wallonne des infrastructures de la petite enfance et l'ASBL “Solutions Parents », retrouvez mes pistes de solution, le bilan de mes actions et mon constat pour le Brabant wallon.

 

En Brabant wallon, le sujet est sensible ! En effet, un manque de places et de structures, de longues listes d’attente, la fermeture abrupte de certaines crèches ou encore des parents sans solution d’accueil sont souvent des situations relayées et constatées au quotidien…



Contexte socio-économique

 

Le Brabant wallon, avec ses 27 communes et une population de 413 960 habitant.e.s, se distingue par une dynamique sociale et économique très soutenue.

La province affiche une attractivité croissante ainsi qu’une densité démographique importante avec 371,3 habitant.e.s /km² répartis sur 1.090 km².

 

En 2021, plus de 80 % des brabançon.ne.s sont âgé.e.s de 15 à 64 ans et considérés comme actifs. Par ailleurs, le taux d'emploi total du Brabant wallon s'élevait à 65,95 %, dépassant les autres provinces et la moyenne wallonne.

A noter également, le taux d'emploi féminin, estimé à 63,3 %, qui reflète la dynamique spécifique de la province, avec un différentiel de genre bien moindre que dans d'autres régions.

Toutes ces particularités traduisent une forte proportion de ménage où les deux membres travaillent et qui attendent une offre importante de services d'accueil de la Petite Enfance.


Défis et Actions


Le Brabant wallon compte près de 4.855 places d’accueil pour 11.746 enfants de 0 à 3 ans.

Malgré un taux de couverture de 53,5%, nous ne pouvons que constater que les réponses restent insuffisantes et les demandes sont toujours nombreuses et bien présentes.

 

Consciente de cet enjeu, le Brabant wallon a placé l'accueil de la Petite Enfance au cœur de ses priorités politiques. À travers des initiatives telles que le soutien financier à la création de nouvelles places, à la mise en conformité des structures existantes ainsi que le soutien aux accueillant(e)s conventionné(e)s, nous nous efforçons de soutenir le secteur et les demandes croissantes.

En 2023, le budget alloué à ces actions est passé de 700 000 € à 2 000 000 € après la troisième modification budgétaire.

 

Bilan et Perspectives

 

Depuis l'entrée en vigueur de nos règlements en 2011, un budget de 16.684.633,39 a été alloué pour la création de 2.201 nouvelles places. De plus, 12.504 places ont été mises en conformité, pour un budget de 6.616.487,44€.

Ce sont ces efforts qui ont permis d'augmenter le taux de couverture et de largement dépasser la moyenne régionale.


Cependant, des défis persistent :

-        Le nombre de places d'accueil doit être revu à la hausse vu les spécificités du Brabant wallon (familles dont les deux parents travaillent) et afin de garantir l'égalité des chances en matière d'emploi et de formation

-        Ne pas avoir de place en milieu d’accueil pour son enfant constitue un frein à

l’emploi, aux formations et à l'émancipation plus encore pour les familles

monoparentales

-        Maintenir la diversité des offres et un équilibre entre les offres publiques et privées, tout en assurant la qualité des services proposés.

 

Conclusion et Perspectives d'Action

 

Pour relever ces défis, plusieurs pistes d'action sont envisagées :

  • L'ouverture de nouvelles places d'accueil, en accordant une attention particulière aux zones déficitaires

  • La promotion d'alternatives telles que les haltes-garderies ou les crèches d'entreprises

  • La vigilance quant à la fermeture des structures existantes

  • L’appui des familles et d’une structure temporaire lors de la fermeture inopinée d’une structure existante

  • L'équilibre entre les offres privées et publiques

  • La valorisation des métiers de la Petite Enfance

 

En résumé, investir dans l'accueil de la Petite Enfance est un impératif social et économique pour le Brabant wallon, permettant de soutenir l'emploi, de réduire les inégalités sociales et de favoriser l'épanouissement des familles et de leurs enfants.

7 vues0 commentaire

Comments


bottom of page